NATIONAL-BOLCHEVISME, une nouvelle aberration en mouvement

Publié le par SCALP87

NATIONAL-BOLCHEVISME,

une nouvelle aberration en mouvement


Dans l’univers à multi-facettes de l’extrême-droite et des courants nationalistes d’aujourd’hui, un revenant refait surface en Europe après quelques temps d’absence. Les « NazBol » ou « rouges bruns », oubliés, souvent ignorés car trop groupusculaires, réapparaissent.
Bien évidement il ne s’agit pas de trouver une quelconque importance à ces individus (qui sont pour la majorité de piètres militants), de leur faire de la pub en leur consacrant une analyse… mais devant la multitude de courants radicaux nationalistes, racistes, xénophobes il est selon nous essentiel de montrer au grand jour ce groupe ignoré, sa politique, sa « philosophie », pour mieux le combattre, au même titre que les autres courants d’extrême-droite.


L’AILE GAUCHE DU NATIONALISME REVOLUTIONNAIRE

Le nationalisme révolutionnaire, refusant à la fois le capitalisme libéral et le communisme égalitariste, d’où le terme de « Troisième Voie », veut associer un nationalisme fort, communautariste, différentialiste avec le socialisme ; il incarnait lui-même « l’aile gauche » du parti national-socialiste allemand sous le régime d’Hitler. Profondément antisémite, ce courant essaye aujourd’hui de se « démocratiser » et de s’implanter dans les quartiers défavorisés, les cités… sous façade d’antisionisme. C’est ainsi qu’aujourd’hui nous pouvons voir des néo-nazis, des identitaires, des nationalistes radicaux, des racistes parader et être aux côtés de nationalistes arabes, panafricains, musulmans pour ce qui est par exemple du confit israélo-palestinien, avec des thèmes abondant dans le sens de l’ethno-différencialisme, de la suprématie ethnique, du racialisme différencialiste, du racisme culturel etc…
Le national-bolchevisme reprend tous les thèmes politiques et idéologiques du nationalisme révolutionnaire mais y apporte néanmoins une différence symbolique, géopolitique, philosophique et a une histoire bien particulière.


HISTORIQUE DU NATIONAL-BOLCHEVISME

Le mouvement est né au lendemain de la première guerre mondiale en plein cœur du conflit armé entre spartakistes (marxistes) et corps-francs (nationalistes) en Allemagne.
Il veut promouvoir la synthèse de ces deux idéologies (nouvelles pour l’époque) : le Bolchevisme révélé par les écrits de Lénine et de la Révolution russe de 1917, et le nationalisme modernisé par la guerre qui s’appuie désormais sur une idéologie de masse et le goût pour la technique. Petit à petit les « nationaux-bolcheviques » sont chassés du parti communiste, de l’Internationale puis du parti communiste allemand, réduits à des groupuscules affinitaires, leur nationalisme guerrier et revanchard sur le traité de Versailles étant contraire à l’idéal communiste de paix, de prospérité et d’égalité entre les peuples.
Le national-bolchevisme devient l’expression stratégique géopolitique d’alliance entre l’Allemagne (ancienne Prusse) et l’URSS, le pacte germano-soviétique, le contrôle de l’Est européen, la fascination idéologique pour l’antisémitisme, l’établissement d’un Empire conservateur, nationaliste mais social, totalitaire et populaire, contre un occident capitaliste considéré comme décadent.

LE NATIONAL-BOLCHEVISME AUJOURD’HUI

Nous pouvons d’abord constater que c’est un mouvement politique voulant rallier tous les opposants au système, quel qu’ils soient et qu’il se définit comme totalitariste.
Les nationaux-bolcheviques russes sont nostalgiques de « la grandeur de l’URSS » sous Staline, avec un étatisme puissant et le culte voué à la patrie de la « Russie éternelle », ils le combinent bien sûr avec les thèmes racistes et antisémites, c’est un courant qui se dit « eurasiste » en parallèle à la situation géographique, géopolitique et historique.
Les nationaux-bolcheviques d’Europe de l’ouest se revendiquent héritiers de la tendance national-socialiste « Front noir » d’Otto Strasser (aile gauche du parti nazi d’Hitler) et le réseau de Ernst Niekisch, premier à s’être déclaré national-bolchéviste et partisan d’un état total mais « socialiste ».
Les nationaux-bolcheviques utilisent également énormément l’aspect symbolique pour leur mouvement, reprenant des runes et symboles des antiquités germanique et européenne signifiant la tradition, la fidélité aux valeurs nationalistes et à la race blanche comme le soleil noir, la rune d’Odal, la croix celtique, la croix gammée ; mais reprennent également le marteau et la faucille associé au drapeau nazi.

La mouvance NazBol est encore très groupusculaire, néanmoins nous voyons sur internet des groupes en France s’en réclamer.
Le SCALP Limoges, ennemi des fascismes, des nationalismes et des totalitarismes en tous genres ne laissera aucun répit à ces individus et aucune implantation.

MORT A LA REACTION !
VIVE LA REVOLUTION SOCIALE ET LIBERTAIRE !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pti'Mat 11/10/2009 14:31


Nous avons tort de vous croire faibles...
Commencez par enlever toutes les fautes d'orthographes sur vos sites, dignes de collégiens.


marta 07/10/2009 15:42


on en tremble d'avance....MDR


NAZBOL EURASIA 19/09/2009 09:55

sales traitres vous avez tors de nous croire faible en europe de l'ouest, bientot vous avez voir que vous vous trompez lourdement sur nous et sur nos capacité

gloire au national bolchevisme Da Smert !!!