Tournée de Solidarité avec les antifascistes Russes

Publié le par SCALP87

On fait tourner le topic présent ici
Durant le mois dans toute la France, des antifascistes Russes feront une "tournée" de plusieurs villes avec des débats, des expositions,  des manifestations,  des rencontres.
Les dates prévues pour le moment :
Lundi 5 Mai à Toulouse
http://www.cnt-f.org/cnt31/spip.php?article732
http://uat.zeblog.com


Mardi 6 Mai à Bordeaux

Mercredi 7 mai à Nantes

Jeudi 8 mai à Angers, le soir à l'Etincelle 26 rue Maillé
http://letincelle.over-blog.org/
(à confirmer pour ces 2 dates)



  • À l’appel du SCALP-REFLEX, de la Fédération anarchiste, de la CNT, d’Alternative libertaire, des JCR, d’individus autonomes…
  • En Russie, les antifascistes risquent (et parfois perdent) leur vie dans la rue ; les attaques des groupes d’extrême droite contre les étrangers et celles et ceux qui s’opposent à eux sont quotidiennes, et souvent mortelles.
  • Si la situation n’est pas la même en France, cela ne doit pas nous faire oublier que le risque de voir l’extrême droite s’imposer dans la rue (surtout quand elle périclite dans les urnes) est une réalité en Europe et ailleurs.
  • Ainsi, chaque année à Paris, l’extrême droite radicale défile le 9 mai avec retraite aux flambeaux, chants et slogans fascistes… Depuis maintenant plusieurs années, différentes organisations antifascistes, ainsi que de nombreux individuEs, réagissent pour leur signifier que la rue ne leur appartient pas.
  • Seule notre détermination peut empêcher les fachos de se croire tout permis !
  • (lieu précisé ultérieurement)
  • Infos & contacts : antifas-russes@samizdat.net
  • Par ailleurs le Réseau No Pasaran organise dans le courant du mois de mai des rencontres un peu partout en France avec des antifascistes russes pour échanger sur nos pratiques antifascistes et pour permettre la mise en place d’un réseau de solidarité avec nos camarades de Russie.
A celles et ceux voulant se rendre à la manifestation du 9 mai, soyez à l'heure et averti-e-s.
Un exemple de conseils à suivre en manifestation.
  • Avant la manif
  • - Eviter les produits qui modifient le comportement (alcool, drogues…) ; ne pas en avoir sur soi, évidemment.
  • - Proscrire le répertoire de tous ses amis / camarades, merci pour eux !
  • - Pas de couteau ou tout ce qui peut passer pour une « arme par destination » (la définition peut devenir très large pendant une garde à vue).
  • - S’écrire sur la main (ou connaître par cœur) le numéro d’un avocat ; avec les commis d’office, on a parfois des surprises.
  • - Laisser à quelqu’un ses nom, prénom et date de naissance, important en cas de problème et le crirer à quelqu’un en cas de problème.
  • - Avoir une pièce d’identité ou un document qui comporte son nom et une photo d’identité.
  • Pendant la manif : Rester groupés, ne pas courir, ne pas donner d’autocollants de son orga aux inconnus. Basique, mais essentiel
  • En cas d’interpellation : Rester calme ; le délit « d’outrage et rébellion » tombe dru.
  • Le contrôle d’identité : Il ne peut en théorie pas excéder 4 heures . Il peut se faire sur le lieu d’interpellation ou au commissariat.
  • Pendant ce contrôle peut être pratiquée une « palpation de sécurité », mais pas de fouille en règle. Si on est maltraité pendant le contrôle, il faut absolument le faire figurer sur le PV ; et si l’on n’est pas mis en garde-à-vue, demander une copie du PV d’interpellation. Il ne faut signer que si l’on est d’accord avec ce qui y figure. Sinon, rajouter ce qui manque, et mettre un trait à la fin s’il reste du blanc sur la page.
  • La garde à vue : Elle peut être annoncée au plus tard après les 4 heures de contrôle d’identité, mais elle doit être signifiée. Elle peut durer 24 heures (à partir du moment de l’interpellation), voire 48 heures si elle est reconduite (d’après le projet de Sarkozy, elle pourrait être portée à 144 heures !).

  • IMPORTANT :
  • - On a absolument le droit de se taire ou de dire que l’on n’a rien à déclarer ; ça agace toujours l’interlocuteur, mais il vaut mieux voir l’avocat que l’on a choisi avant de dire quoi que ce soit.
  • - On a le droit de savoir de quelle infraction on est accusé ;
  • - On a le droit de voir un médecin et un avocat il faut le demander à l’agent de police présent. (demande renouvelable après la 24ème heure de GAV).
  • Pendant la GAV, on peut subir une chose très désagréable : la fouille à corps. Elle ne peut être pratiquée que par un agent du même sexe. Pour le PV de GAV, mêmes conseils que pour le contrôle d’identité.
  • Suites ...
  • Il vaut toujours mieux refuser la comparution immédiate ; préparer sa défense avec son avocat est toujours préférable, même si l’on encourt de la prison préventive.
  • En cas de violences policières :
  • - On peut porter plainte par lettre recommandée auprès du doyen des juges d’instruction. Porter plainte auprès de l’IGS (Inspection Générale des Services) ne sert pas à grand-chose en général, mais on peut aussi s’adresser à la CNDS (Commission Nationale de Déontologie de la sécurité) ; la procédure est plus compliquée parce qu’elle doit passer par un député, mais l’enquête est bien plus sérieuse.
  • - Penser à prendre des photos des blessures etc ;
  • - Garder son t-shirt sanguinolent si c’est le cas ;
  • - Demander une Interruption temporaire de travail (ITT) aux urgences ou à son médecin ;
  • - Contacter une association luttant contre les violences policières.
  • Bonnes manifs quand même. Seule la lutte paie ! 

Publié dans Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article