C7H16 - Compil des émeutiers

Publié le par SCALP87

Souvenez-vous, les émeutes de Novembre 2005. Les bien pensants appeurés, les journalistes choqués, les personnes qui théoriquement auraient du soutenir cette révolte mais qui l'ont condamné. Le gouvernement qui ressort une loi nauséabonde (couvre-feu), les hélicos survolant les cités, les CRS par centaines. Plus qu'un phénomène violent c'était bel et bien une révolte sociale. Et la rage est intacte, les mêmes en chient toujours autant.
Le collectif C7H16, suite à ces évènements a sorti un street-cd (disponible gratuitement sur leur site mais on peut aussi l'acheter en soutien) accompagné d'un livret (au format pdf) de 40 pages avec des nouvelles, des textes, les paroles du cd. Du rap conscient, engagé et sincère. Ca fait 2 ans depuis ces émeutes mais rien n'a changer, et ce street-cd est toujours d'actualité.

Edito du livret :

À l'entrée de l'hiver, les banlieues ont cramé et c’est tant mieux. Parqués dans l’urbanité du capitalisme, n’ayant plus rien à espérer, à gagner... beaucoup se sont payé quelques feux de joie.
Tout semble avoir été dit sur les événements. De l'anthropologie à la phraséologie gauchiste, des visions de complots aux rengaines fascistes. Pourtant, parmi tout ça, nos voixne sont pas passées. Mais la révolte, en  acte, elle, était bien parlante. Expression de la colère, les émeutiers ont pu taper du poing sur la table.Taper fort et au plus près. Des voitures pour crier sa rage, se faire entendre.Attaquer les bâtiments qui représentent le quotidien et l'ennui : école, bus, mairie, CAF, Assedic...

Ça a été les hélicoptères autour de nos têtes la nuit, le couvre-feu et pourquoi pas l’armée. Pour finir la guerre. Ou alors balancer du fric à toute la clique associative, des boulots de larbins pour faire patienter. Mais l'on ne quémande pas un boulot, c'est la vie entière que l'on veut bouffer.
Là-dessus, ils font leur petits jeux politiciens, la campagne des présidentielles est déjà commencée. Rien à foutre, si Sarkozy est détesté, le prochain ministre de l'intérieur le sera aussi.
Maintenant, ils nous bassinent avec leurs sociologues, leurs plans pour civiliser la banlieue. Certains se la ramènent, à coup de dialogue, de place de citoyen et, encore une fois nous ramène leur connerie de bulletin de vote. Hey, Joey Starr, t'as fait ta place au soleil à l'époque des bandes et des embrouilles. Et ça t'a bien servi, alors viens pas nous faire des leçon aujourd'hui. Lilian Thuram, t'es bien gentil, mais pendant ke tu chantes la Marseillaise, nous on la siffle. Nous on joue au foot sans crampons, et, si on en met, c'est pour mieux éclater des genoux, OK ?! Aussi, on n’oublie pas les appels au calme, les violences condamnées et la fatwa contre les émeutes.
Chacun tire la couverture à soi. Et alors, ça fera revenir nos copains butés par la police, ceux qui croupissent en taule, ceux raflés et foutus dans des avions...?

Notre haine n’est pas négociable, de génération en génération, c’est la même carotte.
Affronter l’Etat et ses représentations, ceux qui se pavanent pendant que l’on galère.Voilà le sens des émeutiers, de ceux qui ont la rage, de ceux qui ne veulent pas de la vie à laquelle on est condamné.
Y a rien de nouveau et rien n’est fini, ça ne fait que commencer. Le feu s’est propagé partout.
Et il se propagera, de nouveau, de lui-même, car cette révolte est plus profonde que tous les mots d’ordre.

Communiqué d'un des groupes ayant participé au street-cd, Singe des Rues :

Conscients que la musique ne pourra jamais suffire à changer quoi que ce soit, c’est pourtant elle qui nous permet de cracher ce qu’on est quotidiennement obligés de retenir, la rage intime qui nous constitue plus que ce que ce monde nous impose. C’est à cette rage qu’on reconnaît les nôtres et c’est sur elle que se fondent nos rencontres. On la braille dans un micro pour toucher ceux et celles qui s’y reconnaissent et se renforcer mutuellement. Parce que les seuls espaces de liberté possibles sont ceux que l’on prend, vole ou crée. Ça ne va pas plus loin que ça. Baise les artistes. C’est ce qui nous a motivés à participer au projet C7H16. Ça et l’évidence d’une solidarité de fait avec les émeutiers. Parce qu’on est du même côté de la barricade...
APE, groupe de Noisy-le-Sec formé en
2003. Démo autoproduite “Singe des rues” sortie en 2005.
Contact : singedesrues@no-log.org
http://singedesrues.internetdown.org/


Une compil à écouter de toute urgence, des textes irréprochables, autre chose que le "rap" médiatisé (Booba, Diam's & cie).

Lien pour télécharger le street-cd
myspace.com/pasmemetycrois   c7h16.internetdown.org
internetdown.org/revues/c7h16.tgz (fichier à enregistrer et extraire)

Lien des groupes participants :
radikal.kroonerz@free.fr | http://rk.kroonerz.free.fr/
hhconcept@internetdown.org | http://scherzo.internetdown.org/
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=79055398

Publié dans Musique

Commenter cet article